Pompéi

Pompéi

Troisième étape : Pompéi, en Campanie

Août 2005. Nous y sommes! Nous nous installons en fin d'après-midi dans un camping juste en face du site. Notre première rencontre avec la police de Pompéi est étonnante : nous nous faisons presque engueuler parce que nous respectons le code de la route. En fait, il faut se mettre vite fait à la mode italienne car ici, dans le sud, personne ne respecte rien : ni les stops, ni les feux, ni le casque quand on conduit un scoot, et d'ailleurs pourquoi porter un casque quand on transporte toute sa petite famille sur une Vespa! 

L'environnement est animé et coloré, la ville agréable. Les campings sont situés juste en face du site archéologique. Le nôtre est plutôt tranquille malgré la circulation. Après une journée de route, nous montons la tente et un visiteur félin vient traîner vers nous. Il est craquant avec sa fourrure grise et le bout de ses pattes blanc.

Lors de notre installation, je ressens une douleur de plus en plus tenace sur une jambe et un bras, et je découvre de gros boutons rouges, style boutons de moustiques, mais en plus gros et en bien plus douloureux. Selon l'employé du camping, ça ressemble à des piqûres de "mosquito". Je demande s'il y a un médecin dans les environs, l'employé du camping me conseille d'aller à l'hôpital, pas très loin. Le médecin confirme que ce sont des piqûres de moustique. Franchement, ils ont l'air plutôt voraces, les moustiques italiens, et plutôt discrets aussi, car on ne les entend pas ! Nous profitons de la soirée pour nous procurer la crème prescrite par le médecin dans une pharmacie de la ville.

Le lendemain, nous partons à l'assaut de la ville engloutie par le Vésuve. L'ambiance est incroyable, nous n'entendons plus le bruit du trafic, nous sommes transportés dans un autre monde. 

Fondée au VIe siècle avant JC, Pompéi est détruite en même temps qu'Herculanum lors de l'éruption du Vésuve en 79 après JC. Enfouie sous plusieurs mètres de sédiments volcaniques, préservée des intempéries et des pillages, la ville tombe dans l'oubli pendant quinze siècles. Redécouverte par hasard au XVIIe siècle, l'état de conservation de l'ancienne cité romaine est remarquable : les fouilles entreprises à partir du XVIIIe siècle permettent d'exhumer une ville florissante, précieux témoignage de l'urbanisme et de la civilisation de la Rome antique.  

Ce voyage dans l'Antiquité est fascinant. C'est une ville entière qui témoigne de la civilisation romaine. Les visiteurs ont beau être très nombreux, on peut subitement se retrouver seuls ou presque dans des artères où l'ont rencontre par exemple des traces de roues de chars dans la pierre et des moulages de plâtres qui ont permis de fixer les derniers instants des habitants . Les cendres ont brûlé tous les tissus vivants, puis se sont déposées, créant à la fois une gaine protectrice et une image en creux de l'objet détruit. Giuseppe Fiorelli, au 19è siècle, a développé une ingénieuse technique de moulage : il fait couler du plâtre au sein des poches de cendre (la décomposition des matières organiques crée un espace vide dans ces poches) puis brise la coque de cendre durcie. On peut voir aujourd'hui les victimes dans l'attitude où la mort les a surpris. Il est à noter cependant que le plâtre a aussi noyé les os rendant ainsi difficile leur étude. Mais une nouvelle génération de scanner permet maintenant de faire la différence entre le plâtre et le squelette.

La visite prend facilement la journée car tout est matière à s'étonner et à s'émerveiller. Pompéi est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1997, avec Herculanum et Torre Annunziata.

Finalement, c'est un peu exténués que nous regagnons le camping. Je traîne la patte car les douleurs deviennent insupportables. Retour aux urgences de l'hôpital de Pompéi. Cette fois, je suis vue par un autre médecin qui ausculte la vingtaine de boutons qui recouvrent mes jambes, mes bras et mon ventre. J'ai enfin l'explication : allergie aux "zinzare tigre"! Les piqûres sont celles de moustiques tigres, ces saloperies venues d'Asie qui peuvent transmettre des virus comme le chikungunya, la dengue ou le zika. Heureusement, les miens ne sont pas infectés. Ces charmantes bestioles  piquent de jour avec un pic d'agressivité au lever du jour et un autre au crépuscule et ne font pas de bruit en volant. Une petite piqûre de cortisone et ça repart!

Le lendemain, nous prévoyons d'aller à Naples. Mais surtout pas en voiture, dans cette région les gens roulent comme des fous, sans code de la route.

Précedent : Pise et Rome - Suivant : Naples et le Vésuve