Naples et le Vésuve

Naples et le Vésuve

Troisème étape (suite) : Naples et le Vésuve, en Campanie

Tout ce qu'on a pu trouver comme info sur la circulation à Naples, c'est "Ne prenez pas votre voiture"! La conduite infernale des napolitains n'est pas une légende : feux rouges grillés, passages piétons non respectés, entre autres. Suivant le précieux conseil, nous avons donc opté pour le train. De Pompéi à Napoli, à peu près 30 minutes. L'idéal pour passer une journée tranquille dans cette ville à la réputation sulfureuse (la Camorra y est pour quelque chose).  

Les balades dans les rues sont un vrai plaisir, avec le linge qui sèche aux fenêtres, le bruit, le désordre... mais pas tant que ça, finalement! En fait nous sommes dimanche, et le dimanche, c'est calme jusqu'en fin d'après-midi. A midi, nous mangeons des sandwiches dans un parc, c'est très sale, personne ne semble se donner la peine de jeter ses détritus dans les poubelles. Dommage, car Naples est une ville fantastique.

Comme d'habitude, nous reprenons notre visite un peu au hasard. Nous grimpons dans un funiculaire, direction la colline du Vomero.  Le type qui vend les billets n'a pas de monnaie à nous rendre sur 5 €. Alors il appelle son pote en haut : "Angeloooo!" et lui dit que nous n'aurons pas de billets, c'est gratuit pour nous. En fait depuis le début de notre périple, nous ne sommes tombés que sur des italiens sympas et serviables. De là-haut, le panorama sur Naples et sa baie est grandiose.

De tout l'après-midi, on ne croise presque personne. C'est l'heure de la sieste à Naples! D'ailleurs la ville se réveille doucement vers 17h00, les napolitains sortent enfin, et vers 18h00 elle est en grande forme. Nous visitons à l'instinct, puis commençons à redescendre en bord de mer. Nous nous dirigeons vers le Castel dell'Ovo, le plus ancien château de la ville. C'est à l'abris de ses murs que nous mangeons la meilleure pizza du monde! C'est d'ailleurs à Naples qu'est née la pizza, l'un des « aliments des pauvres » (cibi dei poveri). Le chef Raffaelle Esposito, pour impressionner le couple royal en visite à Naples en 1889, inventa une pizza avec une garniture à base de tomate, mozarella et basilic, évoquant les couleurs du drapeau italien. La pizza fut baptisée du nom de la reine : Margherita! On connait la suite.

La baie de Naples est réputée pour être une des plus belles du monde, et cette réputation n'est pas usurpée. Le Vésuve, majestueux, la domine, laissant échapper quelques fumerolles. 

Parcourir la ville à pied est un bon plan pour l'appréhender et la comprendre. Nous découvrons des avis de décès placardés dans les rues et nous apprenons par la suite que c'est une vieille tradition en Italie. C'est une façon de prévenir les habitants du quartier ou du village, et c'est plus rapide qu'une annonce dans les journaux.

La nuit tombée, nous traversons des endroits pas très engageants pour nous rendre à la gare, et nous reprenons le train pour Pompéi. Au programme du lendemain : le Vésuve.


Nous avons tous vu à la télé des éruptions volcaniques fascinantes, avec ces cheminées qui laissent échapper le magma, les coulées de lave en fusion, les débris des projections. Le spectacle est magnifique. Le Vésuve, dangereux car de type explosif, est un volcan considéré comme "assoupi". Sa dernière éruption remonte à 1944. 

Nous voici donc en route pour son ascension. On se gare au parking public, à Quota Mille, à 1000 m d'altitude. La police veille : un flic roupille dans sa voiture alors que les touristes vont et viennent. Nous prenons nos billets pour la balade à pied jusqu'au cratère. Le panorama sur la baie de Naples est à couper le souffle. Des fumerolles s'élèvent du cratère, l'odeur de souffre est dérangeante. Le Vésuve est surveillé comme le lait sur le feu.

Tout a l'air si calme, si tranquille là-haut. On a du mal à imaginer le volcan en pleine fureur. Malgré sa nature imprévisible, une population dense l'entoure : plus de 600.000 personnes vivent dans un périmètre de 10 km autour de lui. 

Le Vésuve connait à la fois des éruptions effusives et explosives. Il peut ainsi libérer de la lave très liquide sous forme de fontaines, de coulées ou de lacs mais aussi des nuées ardentes. Les nuées ardentes sont des éruptions chargées de gaz, de cendres et de roches extrêmement violentes qui peuvent monter à des dizaines de kilomètres dans l'atmosphère, se dispersant sur une grande distance aux alentours.

Pour qui s'intéresse aux volcans, la visite vaut évidemment le coup.

Précédent : Pompéi - Suivant : Capri et la baie de Sorrento