Monreale

Monreale

A 7 km de Palerme, Monreale est célèbre pour sa cathédrale Santa Maria Nuova, dédiée à la Vierge Marie, et pour son cloître et ses mosaïques byzantines.

Lundi 6 août - La fin des vacances est proche. Nous quittons Milazzo pour Cinnisi, une petite ville située près de l'aéroport de Punta Raisi. Comme nous avons le temps, nous décidons de visiter la cathédrale de Monreale

Le GPS de Google  avait décidé de nous éviter les bouchons de Palerme, il nous a fait passer par des routes improbables, où notre grande peur était de rencontrer un autre véhicule car il n'y avait aucune possibilité de se croiser. Nous regrettons de ne pas avoir filmé le parcours, mais c'était tellement flippant sur le coup que nous n'y avons pas pensé.

Arrivés à Monreale, nous nous garons sur le vaste parking en contrebas du Duomo (parking payant). Puis nous partons à l'aventure. Nous arrivons sur la piazza Guglielmo, où se dresse la cattedrale d'art arabo-normand.

Cathédrale de Monreale
Cathédrale de Monreale

C'est en 1174 que Guillaume II ordonne la construction de la cathédrale, l'un des plus bels exemples de l'architecture normande en Sicile, mêlant les styles normand, arabe et byzantin. Le style roman normand se retrouve dans la structure massive de l'édifice. Le style arabe est illustré par les arcades et les décorations des murs extérieurs, et le style byzantin avec les mosaïques recouvrant les murs intérieurs.

La visite est payante bien entendu, nous prenons la totale : la visite de la cathédrale, du cloître et du balcon situé au-dessus du cloître. Comme partout, l'entrée est interdite aux personnes en tenues légères (shorts, mini juppes, décolletés, débardeurs) mais des blouses sont vendues au prix de 2€.  

L'intérieur est étonnant, sombre et très chargé. La cathédrale est formée par trois nefs séparées par des colonnes antiques à chapiteaux corinthiens, soutenant des arcades en ogives. Les murs inférieurs et le sol sont recouverts de marbre et la partie supérieure des murs est entièrement couverte de mosaïques byzantines (créées entre 1179 à 1182). Le visage sévère du Christ Pantocrator fait face aux visiteurs.

Cliquer pour agrandir

Dans la nef et le transept, 42 mosaïques de style byzantin représentent diverses scènes bibliques de l'ancien testament, de la vie de Jésus et des apôtres, avec la Genèse, la Création puis les épisodes menant à l'expulsion du paradis. Des scènes représentent des moments de la vie de Noé, Abraham, Isaac et Jacob. 

Mais ce qui nous impressionne le plus est le cloître, carré de 47 mètres de coté, avec des arcades portées par des colonnes jumelées de décoration très variées, mêlant des symboliques chrétiennes et islamiques. Les arts romans et arabes sont d'une complémentarité absolue.

Cliquer pour agrandir

Cliquer pour agrandir

Une colonne sur deux est ornée de mosaïques représentant des carrés, des étoiles, des triangles, des lignes verticales, des spirales ou autres zigzag noirs, rouges et ors symbolisant les divers éléments : l'eau, le feu, l'air et la terre. C'est véritablement splendide.

Les chapiteaux sont nombreux, avec une incroyable variété de scènes toutes plus fascinantes les unes que les autres.

Cliquer pour agrandir

De l'intérieur du duomo, nous pouvons accèder au point de vue par un balcon placé au-dessus du cloître, qui offre un beau panorama sur le cloître, justement, et sur Palerme.

Cliquer pour agrandir

La visite vaut vraiment le détour. Nous quittons Monreale sous un ciel orageux, qui n'annonce rien de bon. Nous croisons une décharge sauvage en plein milieu d'un quartier entre Monreale et Palerme avec un panneau où il est inscrit "Ceci n'est pas une décharge" signé "Nous, les gens ordinaires". La population commence en avoir assez, semble-t-il.

A Cinnisi, l'orage éclate enfin. Il est rapide et laisse vite place au soleil. Cinnisi n'a rien d'extraordinaire, sauf sa situation en bord de mer et au pied d'une des montagnes qui entourent Palerme. Mais c'est l'endroit parfait pour loger quand on doit reprendre l'avion tôt le lendemain matin.

Cliquer pour agrandir

Page précédente : Les petites gorges & les "Gurne" de l'Alcantara   - Page suivante :