Milazzo

Milazzo

La ville,  située à une quarantaine de kilomètres de Messine, est perchée sur un promontoire entre la baie de Milazzo à l'est et la baie de Patti à l'ouest. Milazzo est un excellent point de départ pour les îles Éoliennes, c'est pour cette raison que nous avons choisi d'y faire une halte.

Vendredi 3 août - C'est avec un peu de regret que nous quittons la région de Syracuse. Nous partons pour Milazzo, dans la province de Messine. Nous remontons jusqu'à Messine, apercevons la Calabre en face, et faisons une halte pour déjeuner à Villafranca Tirrena. Nous sommes frappés par le nombre de viaducs que nous devons emprunter, pas tous en bon état. L'écroulement du pont Morandi à Gênes ne s'est pas encore produit lorsque nous passons par ces ponts gigantesques, heureusement car nous aurions flippé.

Nous arrivons à Milazzo en début d'après-midi. La vue sur la raffinerie n'est pas très engageante, nous espérons juste qu'elle ne sera pas dans notre horizon tout le long du séjour. Il faut se faire une raison, elle y sera bien.

Nous trouvons assez facilement l'Agriturismo Il Gelsomino Ritrovato, à quelques kilomètres du centre ville. L'accueil est sympathique, le propriétaire nous encourage à nous installer d'abord, et à aller faire un saut dans la piscine, avant de passer à l'administratif.

La chambre est propre, la salle de bain également. L'environnement est parfaitement entretenu, et la piscine est un indéniable plus. Je ne sais pas si c'est lié à ma méfiance immédiate pour Milazzo ou le lieu en lui-même, auquel on ne peut pas reprocher grand-chose finalement, mais ce n'est pas le coup de foudre. Nous avons même droit au Pape François, planqué dans une étagère.

Cliquer pour agrandir

Après la piscine, nous partons pour le centre-ville afin d'aller acheter nos billets pour l'île de Vulcano. La traversée est prévue pour le lendemain. Nous ramons pour trouver une place une parking. Nous ramons également pour trouver le port, car nous nous en sommes pas mal éloignés. Heureusement, Google Maps est là. Nous nous baladons le long de la mer jusqu'au port.

La traversée pour Vulcano est la seule que nous n'avions pas réservée, et la bonne nouvelle, c'est que nous réussissons à avoir deux billets, la mauvaise, c'est que toutes les traversées jusqu'à midi sont complètes. Nous ne resterons sur l'île qu'une demi-journée au lieu d'un jour entier. 

L'endroit grouille de monde, tout le monde veut une place pour les îles éoliennes. Le truc inquiétant, pour le lendemain, est de trouver une place de parking à proximité, ce qui relèverait de la chance ou de l'exploit. Heureusement, il existe de nombreux parkings privés plus ou moins éloignés, avec navettes gratuites jusqu'au port.

Nous poursuivons notre balade jusqu'au château fort qui surplombe la ville. D'inspiration arabe, normande, espagnole et aragonaise, entouré par des fortifications, il est imposant. Nous ne pouvons pas le visiter car l'entrée est réservée aux détenteurs de billets pour le concert qui aura lieu en soirée. Pas de chance. En fouinant un peu, nous découvrons un chemin non indiqué qui mène aux remparts, donnant ainsi une vue assez incroyable sur la forteresse.

La vue sur le château et sur Milazzo en contrebas vaut le coup d'oeil. Malheureusement, les murs du rempart sont recouverts de tags hideux, il y a des détritus partout, et les escaliers qui redescendent au centre-ville ne sont pas entretenus.

Cliquer pour agrandir

Quelques immeubles ou églises attirent l'oeil, mais il n'y a rien de transcendant dans cette ville.

Cliquer pour agrandir

Nous redescendons en direction du port, apprécions un Bellini au passage (avec un accompagnement qui fait qu'il n'y a pas besoin de dîner, on n'a plus faim), puis nous traînons un peu le long du port de plaisance avant de rentrer au bercail. La raffinerie est presque moins moche de nuit!

Page précédente : Péninsule de la Maddalena (Plemmirio) - Page suivante : Vulcano