Île de Burano

Burano

Burano, une des îles de Venise

Venise, c'est 118 petites îles séparées par un réseau de canaux et reliées par des ponts. Parmi ces îles, Burano, haut lieu de la dentelle et de la couleur.

Août 2007. Pour le troisième jour de notre séjour en Vénétie, nous décidons de partir à la découverte de Burano et de Murano. La première île pratique l'art de la dentelle, la seconde l'art du verre. Elles sont situées au nord de la lagune, et on peut facilement les rejoindre en vaporetto.

Pour aller à Burano : depuis Fondamente Nuove (Cannaregio) prendre le vaporetto n° 12 (le trajet dure 40 minutes) ou le vaporetto n° 14 : Saint Marc/ Punta Sabbioni/ Burano (un peu plus long avec la halte à Punta Sabbioni).

Nous accostons à Burano après 40 minutes de traversée et nous sommes immédiatement séduits par les maisons toutes peintes de couleurs vives. Nous déambulons dans les rues, le long des canaux, et apprécions le calme de cet endroit étonnant et coloré. Il se dit que les pêcheurs peignaient leur maison de différentes couleurs vives afin de se repérer et de reconnaître leur habitation dans le brouillard. Aujourd'hui, les propriétaires ne font pas ce qu'ils veulent et doivent demander la permission pour repeindre et choisir parmi les couleurs qui sont autorisées. C'est à ce prix que l'île conserve son caractère unique.

A Burano, pas de palais, pas de monuments et pas de hordes de touristes, et pourtant ce petit paradis est incontournable.

La dentelle à l'aiguille apparaît au 15è siècle. Les femmes des pêcheurs apportent la prospérité à Burano en produisant des pièces très raffinées qui rencontrent un immense succès auprès des princes, des nobles et des riches bourgeois européens. Devant cet engouement, la comtesse Adriano Marcello fonde en 1872 l'école de dentelle de Burano. L'enseignement permet de produire à plus grande échelle les plus belles dentelles d'Europe. Pour contrer cette production, le Roi Louis XIV interdit l'importation de ces dentelles, et pour tenter de rivaliser, crée la manufacture royale des dentelles françaises. Aujourd'hui, ne subsistent plus que quelques dentellières qui travaillent encore dans le respect de la tradition de Burano. Le prix de ces pièces est inestimable. La dentelle vendue dans les magasins de souvenirs arrive, elle, tout droit de Chine...

Au retour, nous faisons une halte sur l'île des verriers, Murano. Forcément, après toutes ces couleurs, Murano paraît bien terne. L'après-midi est déjà bien avancé, et il est trop tard pour voir les souffleurs de verre au travail. C'est dommage, car les verriers de Murano sont réputés dans le monde entier. D'abord installés à Venise, ils durent en 1201 transférer leurs fours et ateliers à Murano suite à un décret du sénat de Venise visant à répondre aux inquiétudes des Vénitiens : des incendies s'étaient en effet déclarés au départ des fours de verriers et les maisons en bois des habitants risquaient de s'enflammer elles aussi. Chacune des verreries qui subsistent encore aujourd'hui conserve précieusement ses secrets de fabrication et les transmet à chaque génération.

Précédent : Venise - Suivant : Vérone