Bolzano & le Haut Adige

Bolzano & le Haut Adige

Troisième étape : Bolzano, dans le Trentin - Haut Adige

Août 2017. Nous quittons Vérone sous la grisaille, et nous arrivons à Bolzano sous la grisaille. N'ayant aucune envie de nous refaire une nuit de camping sous la pluie, nous décidons de prendre une chambre d'hôtel pour deux nuits. Nous trouvons l'office du tourisme et je ne me souviens plus si nous avons sélectionné nous-même l'hôtel ou si nous n'avions pas beaucoup de choix, mais nous nous retrouvons dans un établissement un peu excentré au décor typiquement autrichien. La propriétaire passablement antipathique ne s'adresse à nous qu'en allemand, ce qui est déconcertant quand on est en Italie. Après nous être installés, nous repartons très vite dans le centre-ville de Bolzano, ou Bolzen pour les germanophones. En fait, nous réalisons que la langue principale est l'allemand et que tous les panneaux indicateurs sont bilingues. Si nous nous étions préalablement mieux renseigné, nous aurions su que Bolzen avait fait partie de l'empire d'Autriche jusqu'en 1918, puis de l'Autriche-Hongrie. Bolzano n'est devenue une ville italienne qu'après la première guerre mondiale. Nous sommes dans le Tyrol du sud et je ne retrouve pas l'Italie qui me plait.  L'architecture du centre ville n'a rien de méditerranéen, nous sommes plutôt en Europe Centrale, avec ses façades typiques, ses ruelles, ses arcades et ses petites places.

Le lendemain, le temps est un peu meilleur. Nous partons visiter le château de Roncolo.

Le château de Roncolo construit autour de 1237 est l'exemple type de l'architecture moyenâgeuse de la région. Il est célèbre pour ses fresques. 

Puis nous parcourons la région, qui offre de splendides panoramas sur les vallées et les montagnes. Nous partons en direction de Vanga et traversons des villages typiquement frontaliers. C'est comme si nous avions été catapultés en Autriche d'un coup! C'est propre, c'est beau, c'est...germanique! On s'attend presque à voir surgir Sissi l'impératrice d'un fourré, ou à voir descendre Heidi et son grand-père d'une colline!

A Vanga, dans le petit cimetière fleuri qui jouxte l'église, pas un seul nom italien. A l'intérieur de l'église, on ne rigole pas : on ne s'approche pas de l'autel sous peine de... on ne sait pas bien d'ailleurs, mais le panneau "Achtung ALARM!" ne donne pas envie de braver l'interdit!

L'après-midi se déroule tranquillement dans un décor magnifique, avec les dolomites en arrière-plan. Ces montagnes sont inscrites au Patrimoine mondial de l'UNESCO depuis le 25 juin 2009.

Le soir, retour à Bolzano. Notre rieuse hôtelière nous a prévenus qu'il fallait régler en liquide, nous allons donc au distributeur retirer de quoi la payer la chambre le lendemain. Ce n'était pas prévu comme ça, et nous nous apercevons que nous avons atteint la limite de ce que nous pouvons retirer en une semaine. On n'a plus assez de monnaie pour manger et c'est la galère pour trouver un restau qui accepte les cartes bancaires. Nous en trouvons enfin un, nous dînons et à l'heure de passer à la caisse, la machine à carte ne fonctionne plus! Après une dizaine d'essais, ça marche enfin, et nous pouvons quitter les lieux sans nous enfuir...

Le Haut Adige est sans aucun doute une très belle région, le décor des Dolomites est grandiose, mais pour moi, le charme n'y est pas.

Précédent : Vérone - Suivant : Le lac majeur