Ancône et la côte adriatique

Ancône et la côte adriatique

Quatrième étape : Ancône, Sirolo, dans les Marche

Août 2005. Il faut bien rentrer un jour... Nous décidons de remonter par la côte adriatique et nous traversons donc l'Italie d'Ouest en Est. Le centre du pays est montagneux et peu peuplé. Nous faisons une halte en fin d'après-midi à Sirolo, à une vingtaine de km d'Ancône, au camping Reno. Sirolo est un petit bourg médiéval qui tombe à pic dans la mer, sur la côte du Conero. C'est dans un petit restau du village que nous découvrons pour la première fois le "frizzante", qui deviendra par la suite un classique. Le soir, les rues sont pleines de visiteurs et de locaux qui se promènent. Des personnes d'un certain âge sortent leur chaise devant leur porte d'entrée et bavardent en mangeant des glaces, ces "gelati" que seuls les italiens savent faire. D'ailleurs la "gelateria" est prise d'assaut.

Sirolo se trouve à 125 mètres au-dessus du niveau de la mer Adriatique. 

Nous profitons de cette dernière halte pour passer une soirée à Ancône. Nous découvrons la "pizza bianca", un peu étrange quand on est habitué aux vraies margharita (et pas à ces horreurs de pizzas à la française où il y a n'importe quoi dessus). La pizza blanche est la pizza originelle... car au XVIe siècle, la tomate était considérée comme toxique. Il a fallu attendre le XVIIIe siècle pour qu'elle soit enfin consommée. Depuis, les italiens se sont bien rattrapés.

Ancône, station balnéaire, possède un port très actif. Ses activités sont essentiellement liées aux activités portuaires et de constructions navales, à la pêche, à l'agriculture intensive et à l'artisanat diversifié de son arrière-pays.

Nous reprenons la route le lendemain pour rentrer en France. Cette première excursion en Italie m'a confortée dans mon idée que ce pays est une merveille. Mon idée fixe : y retourner. Encore et encore!

Précédent : Capri et la baie de Sorrento - Suivant : Venise